Les meilleurs conseils pour choisir
votre Assurance Auto en toute sérénité

Les assurances auto courte durée

Les assurances auto courte durée, ou temporaires, concernent les conducteurs occasionnels. Elles sont souvent souscrites pour des durées limitées, entre une journée et 90 jours. Seule, l’assurance au tiers peut être contractée.

Comment obtenir une assurance temporaire ?

Ce type d’assurances est plutôt destiné aux personnes qui n’ont pas besoin ou ne souhaitent pas s’assurer sur une année complète. Ce sont des conducteurs qui n’utilisent pas une voiture au quotidien. À partir du moment où le conducteur possède un permis depuis plus de deux ans, il peut souscrire ces contrats. Si l’assurance couvre une période supérieure à trois mois, elle sera alors valable à l’étranger.

Pour souscrire à ces garanties temporaires, il est nécessaire de produire la copie de sa carte grise. Celle-ci ne devra pas nécessairement être à votre nom et elle peut être étrangère. Il faut également donner une photocopie de son permis de conduire, français ou étranger, mais valide et permettant à l’assuré de circuler sur le territoire français. Il faudra y ajouter une déclaration sur l’honneur. Elle peut être souscrite par le biais d’Internet très simplement et rapidement.

Les garanties au contrat d’assurance temporaire

La plupart du temps les garanties proposées sont la responsabilité civile en cas de dommages matériels ou corporels et la protection juridique. Certaines compagnies proposent d’y ajouter quelques garanties supplémentaires telles que l’assistance ou la protection juridique. Dans tous les cas, ce type d’assurance est bien moins protectrice que peut l’être un contrat sur l’année.

Le fait d’avoir un malus pourrait être une raison motivant le refus de la part d’une compagnie. Il faut savoir que l’assurance ne vous demandera pas de relevé d’information, toutefois, si elle constate que le conducteur a omis de déclarer un malus ou une assurance en son nom pour un autre véhicule, il risque alors l’exclusion. Le malus devra être antérieur aux trois dernières années. De plus, lors de la demande de souscription, l’assuré doit déclarer son malus.

Partagez cet article :